Edit du premier janvier 2017, le texte figure dans le blook suivant :

Blook 1

IL

 

   Quand elle arriva, la fête n'était pas vraiment commencée, mais tout le monde était là. Tout le monde ? Non, on ouvrit la porte derrière elle et il entra. Ils échangèrent un regard sans faire attention l'un à l'autre. C'est alors que les bouchons sautèrent, entraînant les cris éclatants dans le chahut et la joie. Tout le monde riait, tout le monde bougeait, tout le monde parlait. Elle s'amusait et riait avec les autres. Avant, elle n'avait jamais ressenti cela. Elle se sentait libre et heureuse. Elle était comme sur un nuage, elle s'étalait et se roulait dans les nuages souples et moelleux ; de temps en temps elle s'élevait sans effort et dansait dans les airs. Elle volait et surtout, elle souriait, elle souriait...

   Soudain, son visage se referma et elle éprouva le besoin de fuir, alors elle partit à toute vitesse dans des couloirs immenses et obscurs, dans de larges rues remplies de voitures folles ; les phares l'aveuglaient, elle vit aussi de petites rues sombres.

   Ils ne s'étaient aperçus de rien et ils ne l'avaient même pas vue partir. Ils continuèrent à rire toute la nuit.

   Elle ne voyait que du noir et ne comprenait plus rien. Tout à coup, la porte s'ouvrit toute grande. Avec un regard apeuré, elle s'approcha vers la lumière... Il était là. Un instant interdite, elle se jeta dans ses bras en tremblant nerveusement...

 

   Elle se réveilla dans son lit avec un horrible mal de tête. La fenêtre était restée ouverte.

 

Extrait du recueil Elle et Ils. (non encore publié)

© 1996, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

CopyrightFrance.com

Edit du premier janvier 2017 : ce texte figure dans le blook suivant

Blook 1