Le Sommeil

(section des poèmes nouveaux)

 

Si le sommeil ressemble vraiment à la mort,

C'est un endroit si calme qu'il y fait bon vivre.

Lorsque Morphée nous accueille en ses bras si forts,

Sa douceur nous réchauffe d'étoiles de givre.

Le lieu est sans douleur, tout n'y est que noirceur,

Pourtant, par bien des traits, il est illuminé,

Etincelant éclat d'un univers sans pleur,

Noblesse de l'ébène et du destin parfait ;

Tout y est terminé et l'on y vit sans risque

Un repos apaisé loin des tracas du monde,

Car plus aucune attaque, jamais on ne bisque

Malgré toutes horreurs et actes plus qu'immondes.

 

© 2014, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

CopyrightFrance.com