Pour ce soir je vous propose un poème qui m'a été inspiré par un tableau d'une artiste que j'ai découverte au fil de mes voyages dans la blogosphère et dont vous avez le lien sur mon blog. Il s'agit de Loetitia Pillault. Je mets la reproduction du tableau qui m'a fascinée, et si jamais Loetitia vous passez par là et que cela vous déplaît, je ferai disparaître cette reproduction immédiatement. Voici donc son tableau:

Loetitia Pillault

Retiens le rêve...

 

 

Du fond de ma mémoire

Surgit dans la lumière

La femme aux cheveux noirs

Que je croisai hier.

 

Brune mystérieuse

Attitude rêveuse

Son regard gris et bleu

Se perd dans le lointain.

 

Bouche rouge pulpeuse

Tenue rouge soyeuse

Miroir de ses désirs

De mariage asiatique.

 

Un regard sans sourire

Des rêves d'avenir

Plein la tête se tissent

Sur la toile d'une âme.

 

Tant de rêves se glissent

Dans les jours qu'elle esquisse

Une main sur la joue

Pour ne pas qu'ils s'en aillent.

 

La lumière dorée

Alentour fait briller

Ses envies de voyage

Sur d'autres continents.

 

Elle voit miroiter

Partout tant de beauté

De fleurs et de couleurs

Qu'elle ne bouge pas.

 

Devant ses lèvres closes

Le temps fait une pause

Et son regard gris bleu

Accroche mon regard.

 

Elle parle en silence

Sans bouger elle danse

Et transperce mon âme

Pour imprimer sa marque.

 

Mon âme en la voyant

Prend des reflets changeants

D'or de pourpre et de noir

Ornés de fleurs de neige.

 

Son regard me fascine

C'est pourquoi je m'obstine

Involontairement

A percer son mystère.

 

Je ne peux plus partir

Je reste et je chavire

Même à des lieues de là

Elle est encore en moi.

 

Alors je vois nager

Qui voudraient m'emmener

Tous ses poissons de lune

Aux reflets argentés.

 

Au fond de ma mémoire

Je garde la lumière

La femme aux cheveux noirs

Que je croisai hier.

 

© 2014, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

 

CopyrightFrance.com