Un Enfant à la main

(section des poèmes nouveaux)

 

 

Elle part dans la nuit

Continue le matin

Recommence sa vie

Un enfant à la main.

 

Elle fuit la journée

Qui se lève au pays

Elle rêve en doré

Un avenir qui luit

De tous ses lendemains

Un enfant à la main.

 

Elle marche sans cesse

Ne mange presque rien

Dort au sol sans paresse

Un enfant à la main.

 

Elle a le cœur tout triste

Mais une once d'espoir

Et l'œil déterminé

Fixé sur l'horizon

Elle avance et se bat

Grimpe sur les montagnes

En traversant les ronces

Passe dans des forêts

Chemine au bord des routes

Découvre des villages

Où personne n'écoute

Sauf quelques profiteurs

Mus par l'appât du gain.

Elle voit son chemin

Aller toujours tout droit

Vers une vie meilleure.

Parfois c'est à la nage

Qu'elle doit progresser

Droit vers l'autre rivage.

L'enfant ne sait nager.

C'est elle qui le guide.

C'est elle qui le porte.

Elle nage et s'épuise

Un enfant à la main.

 

On les retrouvera

Allongés sur la plage

Accrochés à la rive

Ou tombés dans l'oubli

Au détour d'une page,

On dira qu'elle était

Regard vers l'horizon

Ongles plantés au sol

Et l'enfant à la main.

 

© 2015, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.