(section des poèmes nouveaux)

 

Cette bague abîmée à l'arrondi tordu,

Marquée par les années, qui ne me quitte plus,

Me rappelle toujours à mes engagements,

Mes espoirs les plus fous et mon amour perdu.

L'éclat s'est atténué, la poussière dessus

Collée, accumulée, a terni sa beauté

Quelque peu oxydée, signe de ce qui fut

Le plus cher à mon cœur et parfois fut déçu.

Je regarde souvent cette bague à mon doigt

Pour mesurer le temps, le chemin parcouru,

C'était comme objectif que je l'avais élue,

La voilà ma mémoire en boucle continue.

 

© 2018, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.