03 novembre 2013

Liberté, Egalité, Fidélités

Edit du premier janvier 2017, le texte figure en intégralité dans le blook suivant :

Blook 1

Liberté, Égalité, Fidélités

 

      Vous savez, quand on a des notions d'onomastique, on envisage les choses tout à fait différemment. Tenez, par exemple, le mot "con". Vous l'employez tous les jours, le mot con. Eh bien quand on en connaît la signification initiale, on se dit que lorsqu'on traite une femme de conne, ce n'est finalement pas une insulte, mais une vérité ; c'est normal sinon, d'ailleurs, elle ne serait plus une femme. En somme, c'est reconnaître sa qualité. Tandis que, quand on traite un homme de con, on éprouve alors une sorte de joie perverse car on ne l'accuse plus de simple idiotie, non non non, mais on remet en cause son essence même : voir un homme comme une "fente" munie de deux trous en lanières de "cuir de cerf", [...] 

 

 Merci à Renart le goupil, qui depuis est devenu un renard.

© 2000, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

Si vous voulez connaître la suite, vous pouvez acquérir ce texte pour 3 euros au format pdf :

Indiquez ici votre mail
Titre de l'oeuvre commandée

 

 

Posté par MlleOpaline à 23:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


02 décembre 2013

La Mort

La Mort est le plus grand pouvoir existant sur l'être humain. Elle arrive quand elle l'a décidé pour faire sortir du jeu celui qu'elle a choisi, sans prendre en compte les conséquences sur l'entourage, les projets qui avaient été établis ou la volonté du sujet élu. Elle est complètement arbitraire et définitive. Quand elle semble perdre la partie, ce n'est que ruse pour générer un fallacieux sentiment d'invulnérabilité chez un être qui se croit supérieur.

 

© 2013, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

copyrightfrance-logo9

Posté par MlleOpaline à 23:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 février 2014

L'homme heureux

L'homme heureux

(section des poèmes anciens)

 

Heureux est celui qui n'a rien

Car on n' peut rien lui prendre.

Ni souci, ni besoin

De chercher à comprendre

Là où la vie l'entraîne,

Il va où bon lui semble.

C'est un homme sans peine

Et qui jamais ne tremble

Devant l'amas de taxes

Grandissant chaque jour

Il suit toujours son axe

Qui le mèn' vers le jour.

 

© 1993, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

 

CopyrightFrance.com

Posté par MlleOpaline à 18:06 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 avril 2014

Horloge

Homme, qu'il est difficile de vivre

Où la nature peu à peu s'éteint

Rebutée par toi, l'Homme qui veut suivre

Les aléas de son esprit malsain,

Oublier qu'il n'est pas seul sur la Terre!

Gardien d'une endroit qu'il doit préserver,

En lui le temps est compté pour aimer...

 

© 2014, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite

CopyrightFrance.com

 

Posté par MlleOpaline à 20:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30 avril 2014

Une goutte de ciel bleu

Une goutte de ciel bleu

(section des poèmes nouveaux)

 

Une goutte de ciel bleu

A perlé aux coins des yeux

De l'ange et de l'homme heureux

Grâce au Destin mélodieux.

 

©2014, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

CopyrightFrance.com

 

 

Posté par MlleOpaline à 23:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


14 mai 2014

Pensée

Et si un jour l'homme était capable d'être bon par nature en toutes circonstances, d'abattre les murs d'injustice et de maladresse qu'il s'est évertué à bâtir dans le passé, de voir le monde dans tout ce qu'il a de positif, de se mettre systématiquement à la place des gens à qui il s'adresse pour comprendre leur sentiment et ne plus les blesser, et de ne plus avoir peur des grandes balises de la vie humaine telles que la mort, alors les hommes seraient tous des Apollons, dieux musiciens et poètes, et l'harmonie remplacerait le mépris et l'irrespect.

© 2014, Opaline.

CopyrightFrance.com

Posté par MlleOpaline à 23:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 juillet 2014

Il pleut des avions sur le monde

Il pleut des avions sur le monde

(section des poèmes nouveaux)

 

Il pleut des avions sur le monde.



Il pleut des avions sur le monde

Comme on fait des feux d'artifices

En France, au quatorze juillet,

Comme on danse au premier janvier,

Au milieu des regards complices

Ou comme les crépitements

Qui fusent du feu de Bengale.



Il pleut des avions sur le monde

Parce que la nature veut

Que l'Homme se rappelle bien

Qu'il ne maîtrise rien

Et ne fera que ce qu'il peut.

Elle décide, elle est maîtresse

Exigeant d'être bien traitée.



Il pleut des avions sur le monde,

L'Homme présume de ses forces,

L'Homme présume de lui-même,

Il cherche à briser l'anathème,

Il avance en bombant le torse,

Et creuse sans ménagements

Sa propre tombe capitale.



Il pleut des avions sur le monde

Parce que l'Homme au nom des dieux,

Qui peut-être n'existent pas,

Au lieu d'offrir un chocolat

A l'homme qu'il a sous les yeux,

Fait soudain jaillir la détresse

Dans des millions d'yeux inondés.



Quand l'Homme sera-t-il donc homme ?

 

 

© 2014, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

CopyrightFrance.com

 

 

Posté par MlleOpaline à 23:20 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 septembre 2014

Un Ours de notre siècle

Un Ours de notre siècle

(section des poèmes nouveaux)

 

J'étais dans une cage

Et je tournais en rond.

Il m'avait capturé

Pour gagner de l'argent.

Le touriste en voyage

Qui cherchait le frisson

Venait me caresser,

Affrontant le danger

Qu'il croyait imminent.

Il glissait ses doigts fins

Dans les trous du grillage

Pour ne pas se blesser

Et toucher mon pelage.

 

J'étais tout au milieu

D'un pont dans la montagne

Attaché, malheureux,

Un condamné au bagne.

Le touriste argenté

Qui cherchait à frimer

Faisait fi du danger

Qu'il croyait imminent.

Pourtant, les yeux crevés,

Je n'étais plus menace

Ni pour le bon touriste

Ni pour la populace.

 

Lié à la rembarde

A l'aplomb du ruisseau,

Le passant me regarde

Mais sans me trouver beau.

Car j'écume de rage

Au milieu de ce pont

Balançant de côté

Ma tête et puis mon flanc,

En cherchant des repères

Que je ne trouve pas.

Lors de l'autre côté

Je fais la même quête

Sans songer à mon corps

Lacéré sous les coups

Pour me faire obéir.

Obstiné, je m'entête

En regardant ma mort.

 

© 2014, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

 

CopyrightFrance.com

Posté par MlleOpaline à 17:58 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

03 octobre 2014

Pensée

   L'humanité en est-elle à la dernière partie de son voyage, que sans cesse elle semble ralentir sa vitesse et baisser sa performance sous des aspects d'agitation inefficace?

 

© 2014, Opaline.

CopyrightFrance.com

Posté par MlleOpaline à 23:53 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 novembre 2014

Pensée tardive

   Quand on voit se multiplier les dispositifs de surveillance de toutes sortes, des plus visibles aux plus cachés, que signifie encore dans notre beau pays le mot de "liberté"? Elle meurt sacrifiée sur l'autel d'une pseudo-sécurité. Est-ce vraiment ce que désire la société?

 

© 2014, Opaline.

CopyrightFrance.com

 

Posté par MlleOpaline à 22:47 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,