30 novembre 2013

Les Œufs de Pâques.

Edit du premier janvier 2017, le texte figure en intégralité dans le blook suivant :

Blook 1

  A l'approche de Noël, un peu de magie peut être bienvenue, alors pour ce soir, voici le début de mon tout dernier conte pour enfants que je vous propose.

copyrightfrance-logo9

 

Les Œufs de Pâques.

 

 

     Il était une fois une petite fille prénommée Annie. Elle vivait dans un petit chalet presque au sommet de la montagne. Elle allait à l'école à pied chaque matin et remontait de même chaque soir. Elle jouait un peu dehors à moins que sa mère ne l'appelât parce qu'elle trouvait qu'il faisait trop froid. Dans ce cas, Annie s'enfermait dans sa chambre, pour lire, faire ses devoirs ou tout simplement rêver.

     Annie avait huit ans et n'avait plus revu son père depuis quatre ans. Elle ne savait pas pour quelle raison. Elle avait bien tenté de demander à sa mère, mais cette dernière n'avait pu lui expliquer, car elle n'en savait pas plus que sa fille, et ce genre de questions lui faisait monter la larme à l’œil. Le père n'était plus rentré un soir. Il n'avait pas prévenu. Sa femme, d'abord, s'était inquiétée, puis elle avait fini par se laisser gagner par les insinuations des gendarmes, lorsqu'elle les avait contactés. Il était sans doute parti rejoindre une maîtresse. Il n'y avait aucun signe de disparition inquiétante, l'homme avait sans doute voulu changer de vie, laissant tout derrière lui, sans même se retourner.

     Depuis la disparition, la mère s'était fait une raison pour pouvoir avancer et continuer d'élever sa fille. Elle aurait voulu déménager qu'elle n'aurait pu le faire, faute d'argent. Elle n'aurait pu vendre la maison qui appartenait à son mari. Elle continua donc d'habiter le chalet, se débrouilla comme elle put pour remplacer l'absent, faire à sa place le potager, couper le bois pour pouvoir se chauffer l'hiver, et s'occuper des animaux de la maison, en plus de tout ce qu'elle faisait déjà avant. Elle ne demandait que très rarement à sa fille de l'aider, car elle refusait que la situation pèse sur elle. Par conséquent, elle s'épuisait.

     Annie avait encore demandé au Père-Noël de lui ramener son papa, mais il n'avait pas dû la trouver suffisamment sage, car cela n'avait pas fonctionné.

     Sa mère n'était pas chrétienne, pourtant, elle aussi avait prié pour le retour de son homme, le père de sa fille.

     Aucune nouvelle, horizon vide.

    Pour tromper l'ennui, pour s'accrocher à la vie, et avant tout pour minimiser l'impact sur Annie du départ de son père, la mère avait fait effort pour sourire, pour préparer à sa fille des choses agréables et conserver l'apparence de la vie. Parfois, quand Annie rentrait, sa mère avait mitonné des crêpes avec les œufs de leurs poules, le lait de leurs vaches et un peu de farine. D'autres fois, elle préparait le gâteau préféré d'Annie avec elle et elles partageaient ensemble un moment dont Annie se souviendrait longtemps. La mère marquait chaque fête traditionnelle : les anniversaires bien sûr, le nouvel an, l'épiphanie, la fête nationale...

     Pâques ne dérogeait pas à la règle. Quand elle n'avait pas assez de sous pour acheter des œufs en chocolat, la mère confectionnait elle-même des œufs un peu spéciaux. Elle prenait des œufs de poule qu'elle vidait sans les casser. Elle établissait ensuite une préparation sucrée au chocolat qu'elle infiltrait patiemment dans les coquilles vidées. Elle faisait durcir sa préparation au frais et décorait en cachette les œufs avant d'aller les disposer dans le jardin où elle savait qu'Annie s'amuserait à les chercher.

[...]

 

© 2013, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

 

Princessebelle

Si vous voulez connaître la suite, vous pouvez acquérir ce conte pour 3 euros au format pdf :

Indiquez ici votre mail
Titre de l'oeuvre commandée

 

Posté par MlleOpaline à 21:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


02 février 2014

Une Chandeleur

Une Chandeleur

(section des poèmes nouveaux)

 

Pour vous assurer

Le plus grand bonheur

Faites donc sauter

Pièce dans la main

Des crêpes dorées

Qui se mangent bien

Sucrées ou salées

Pour la chandeleur

 

Gardez le sourire

Quoi qu'il vous arrive

La crêpe au plafond

Ne dit rien de bon

Mais sur les convives

Réunis ici

Déclenche à l'envi

Un éclat de rire

 

La crêpe pliée

Est à décoller

La crêpe tournée

Du même côté

A recommencer

Mais celle tombée

A même le sol

Rejoindra un bol

 

Pour les réussir

Faut le coup de main

Plutôt de poignet

Qui les font tourner

D'un seul demi-tour

Chaque fois toujours

Et deux autres mains

Vont les engloutir

 

Le bol réjouira

Le chien ou le chat

Cette fête-là

Nous procurera

A manger pour tous

Et éclairera

Jolie lune rousse

Toute la villa.

 

© 2014, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

CopyrightFrance.com

Posté par MlleOpaline à 11:57 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

03 février 2014

Couillon de la Lune

   Si tu espères voir dans ta journée plus de gens que d'arbres au kilomètre carré, il ne faut pas élire domicile à la campagne, dans un hameau perdu. Choisis plutôt la ville, un grand bloc bétonné divisé en petits appartements qui t'obligeront à croiser tes voisins de manière régulière.

   Sinon, pars vivre sur la Lune, il n'y a pas d'arbres.

 

© 2014, Opaline.

 

CopyrightFrance.com

Posté par MlleOpaline à 18:02 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 avril 2014

Une fée s'est penchée

Une fée s'est penchée

(section des poèmes nouveaux)



Une fée s'en penchée sur le berceau de l'ange

Enchâssé dans la lune aux secrets de merveille.

Elle secoue le ciel pour qu'alors se mélangent

Alentour du berceau les étoiles vermeilles.

Et l'ange lui sourit face au monde qui change

Quand sa main cherche à prendre la boucle d'oreille

Qui pend devant ses yeux comme la grappe étrange

Scintillante et dorée accrochée sur la treille.



L'enfant a déchiré l'oreille de la fée

En tirant sur la boucle pour la voir de près.

En jaillissant, le sang a soudain envoyé

Une comète rouge dans la voie lactée.

Et le cri retentit de toute sa portée

Pour l'enfant effrayé qui se mit à pleurer.

Une fée s'est perdue dans la lune embrumée

Triste comme une éclipse au creux de la nuée.



Une fée s'est cachée pour celer sa souffrance

En tenant de sa main son oreille blessée.

Elle s'est accroupie en pleurant sa malchance.

C'est là que tout ce bruit un dieu a réveillé.

Il a bien reconnu le cri comme une lance

Qui jaillit du fin fond de la nuit de la fée.

Il lui accorda de retrouver sa prestance

Et répara l'oreille à moitié arrachée.



C'est alors que la fée regarda le beau dieu

Et resta fascinée par le bleu de ses yeux.

Elle le remercia d'un grand sourire heureux

Puis s'inclina un peu et fit la révérence

Avant de retourner auprès de l'ange en pleurs.

Elle répandit partout autour son bonheur

Et relaya la lune qui depuis des heures

Berçait l'ange à la boucle avec grande prudence.

 

© 2014, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

CopyrightFrance.com

Posté par MlleOpaline à 18:10 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

29 août 2014

Poème sans titre

(section des poèmes nouveaux)

 

Sur un croissant de lune

Le chas d'une aiguille rose

Se pose

Dans le ciel azuré

Je pense à mon aimé

Que je voudrais tant voir voler

Tel Peter Pan

Avec son habit vert

En arrivant à ma fenêtre

Il me dirait :

"Tu t'inquiètes peut-être

Rassure-toi

Viens avec moi

J'habite au firmament

A présent

C'est tout mon univers."

 

© 2014, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

CopyrightFrance.com

 

Posté par MlleOpaline à 21:54 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


13 septembre 2014

L'élan d'amour

L'élan d'amour

(section des poèmes nouveaux)



Dans un élan d'amour j'ai sauté dans la lune

J'ai perdu le contact peut-être pour toujours

Avec la terre ingrate et ceux qui m'importunent.

J'ai aperçu des fées dans le cœur des étoiles

Des larmes de comètes dans la voie lactée

Quand celle-ci s'apprête à nous lever le voile

Sur le passé trop lourd de notre humanité.

Je détourne la tête et pense à tout l'amour

Que le Destin me prête pour l'éternité.

Assise sur la lune je regarde au loin

Et me dis que la chance est comme une lagune

Aux longs cheveux qui dansent : je ne fuirai point.



© 2014, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

CopyrightFrance.com

 

Posté par MlleOpaline à 23:58 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

03 décembre 2014

Le Grand panier

Le Grand panier

(section des poèmes nouveaux)

 

Il cherche, il cherche

Il les sort une à une

Du grand panier

Les regarde pour voir

Sur quelle perche

Il peut mettre la lune

De couleurs en reflets

Dans le soir.

Il cherche encore

Observe patiemment

Les petites nouvelles

Les grand romans

Entourés d'hirondelles

Et d'arbres morts.

Cherchant toujours,

Les gentils personnages

Lettres d'amour

Les récits de carnages

La jolie tour

Les étoiles, les fleurs

Un vélo lourd

Un chat plein de douceur.

Il trouve enfin

Après la longue quête

De ce matin,

Le Poète s'arrête

Il a trouvé

Au creux du grand panier

Son idée.

 

© 2014, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

CopyrightFrance.com

 

Posté par MlleOpaline à 23:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28 janvier 2015

Lune

 

 

Lorsque dans le ciel sombre apparaît cette lumineuse

[rotondité

Un drôle de sentiment

Nourri d'admiration et d'humilité

Envahit mon âme.

 

© 2015, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

 

CopyrightFrance.com

Posté par MlleOpaline à 23:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 mars 2015

Le Sonnet du mal luné

Le Sonnet du mal luné

(section des poèmes nouveaux)

 

Il se lève du mauvais pied

Il râle dès la matinée

Montre son esprit obstiné

Dès le début, pas de pitié !

 

Une volonté d'amitié

Sera bien vite exterminée

Et ce, vous l'aurez deviné,

Dans un langage peu châtié.

 

A longueur de journée, toujours

Il vous rabroue et sans humour

Il maudit le soleil odieux.

 

La pluie l'ennuie, le vent l'énerve,

On voudrait réduire sa verve

Mais la lune ne fait pas mieux.

 

© 2015 Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

CopyrightFrance.com

 

Posté par MlleOpaline à 19:37 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

04 avril 2015

L'Amant de la Lune

L'Amant de la Lune

(section des poèmes nouveaux)

 

 

J'ai vu la Lune dans le ciel

Eclairant tout dans la nuit noire,

Elle brillait comme un soleil,

Elle brillait comme un diamant.

J'ai vu la Lune dans le ciel,

Elle m'a demandé conseil.

Elle aurait bien voulu savoir

Comment séduire son amant.

J'ai réfléchi et lui ai dit :

"Il te faut aller voir Saturne

Et te parer de ses anneaux,

Effacer ton air taciturne,

Tu pourras te jeter à l'eau.

-J'ai peur, tu sais, j'ai peur...

-Rassure-toi, tu es toute lueur."

La suite ne dit pas

Si l'amant a craqué.

Il a vu la Lune arriver

Vêtue de glace aux doux reflets

Avec ses grands yeux pétillants.

La porte de la nuit s'est fermée

Sur la Lune, son amant et leurs secrets ;

Au dernier instant j'ai aperçu

Saturne en colère et tout nu.

 

© 2015, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

 

Posté par MlleOpaline à 22:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,