20 novembre 2013

La Gastro-entérite

La Gastro-entérite

(section des poèmes nouveaux)

 

Mon ventre cause cause

Ce qu'il en dit des choses !

D'ordinaire en silence

Il continue sa danse

Mais s'il est dérangé

Il aime tant parler.

Il gargouille et se tord.

Ce virus qui le mord

Il cherche à le chasser.

Il ne peut plus manger.

N'ayant plus sa pitance

Il évalue ses chances.

Il combat vaillamment

L'ennemi qui dedans

Chamboule son repos.

Vite, vite, de l'eau !

Et alors tout en rythme

Il devient borborygmes.

Glouglou, bzzzz, miaou,

Gregre, brrrr, wouaou

Résonnent tant et plus,

Soutiennent mordicus

Qu'ils ne partiront pas,

C'est vrai. Oui mais voilà

Après quelque diète

La révolte est fin prête.

La nourriture écrase

Sans nulle périphrase

Les blup blup de la fin.

Elle avance grand train

Repousse les mutins

Et le calme revient.

 

© 2013, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

copyrightfrance-logo9

Posté par MlleOpaline à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


08 décembre 2015

Pensée

   Je préfère nettement le médecin qui annonce clairement la couleur, plutôt que celui qui, sous prétexte de vous faire avancer sans être une chochotte, vous dit que tout ira bien et que vous ne sentirez rien après qu'il vous aura charcuté. La médecine me paraît devoir être un lieu de franchise primordiale, pour que l'humain garde des rêves à sa hauteur.

 

© 2015, Opaline.

Posté par MlleOpaline à 21:18 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

16 avril 2016

Un Vaccin dans ton cœur

Un Vaccin dans ton cœur

(section des poèmes nouveaux)

 

 

La vaccination

Est un acte de protection.

Tu te mets à l'abri

De l'agressif microbe qui nuit ;

Celui qui détruit

Peu à peu

Tout ce qui pour toi a un prix :

Ta santé, ta famille, ta vie.

Tu protèges les autres

Aussi

Car tu ne peux être contagieux

Le microbe est fini,

L'humanité guérit.

Ne crois pas

Les oiseaux de mauvais augure

Qui persiflent.

Ils racontent que c'est pour les laboratoires

Avant tout une question d'argent,

C'est vrai, mais lié au désir de soigner.

Ils disent que le microbe ne peut revenir

Et que le vaccin en générera d'autres,

Des microbes plus violents

Et surtout inconnus,

Ce n'est pas parce qu'on contient une maladie

Qu'aucun germe n'est plus sur la Terre.

Les laboratoires qui empoisonnent

Sont des plus minoritaires,

A fortiori sur des maladies anciennes.

 

Quoi qu'il arrive, j'aimerais

Enfoncer dans ton cœur un vaccin

Vaccin contre la haine,

Vaccin contre la peur

Et la méchanceté.

Vaccin obligatoire pour l'humanité,

Il la forcera à entrevoir la lueur

Et l'emmènera vers de meilleurs lendemains.

 

© 2016, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

Posté par MlleOpaline à 15:56 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

01 janvier 2017

Pensée

   J'espère que l'Homme parviendra à vaincre l'intime ennemi qui lui ronge les entrailles, lui donne la nausée, la diarrhée, pour pouvoir enfin connaître la sérénité.

 

© 2017, Opaline.

Posté par MlleOpaline à 21:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

05 avril 2017

Je n' veux plus de ce corps

Je n' veux plus de ce corps

(section des poèmes nouveaux)

 

Est-ce

Qu'on est encore une femme

Quand on n'a plus qu'un sein ?

Est-ce

Qu'on est encore une femme

Quand on n'a plus qu'un rein ?

Est-ce

Qu'on est encore une femme

Quand on n'a plus de sein ?

Est-ce

Qu'on est encore une femme

Sans aucun utérus ?

Quand on perd son vagin,

Sa jambe ou sa cheville,

Son œil, son avant-bras ?

Comment rester soi-même ?

Fuir le regard des autres

Et son regard à soi

C'est ça, la solution...

Pourtant

Il faudrait affronter

Ce corps monstre et mutant

Prévu pour abriter le reste de sa vie

Comment donc se l'approprier ?

Je n' veux plus de ce corps

Il me fait trop souffrir

Laissez-moi en sortir,

Donnez m'en un plus beau

Plus souple et plus docile !

Tu rêves, mon amie,

Tu es par trop injuste

Avec cette enveloppe

Qui t'a portée déjà

Jusqu'au point où tu es...

Je sais, mais c'est si dur

J'ai trop peur de changer

De laisser un organe

Sur le bord de la route

Je me regarde tant

Je ne vois que du doute

Je n' veux plus de ce corps

C'est bien trop difficile

Je n' peux plus être mère

Mais ça ne change rien

Je n' veux plus de ce corps

Je n'y parviendrai pas

 

 

Mais... je n'ai pas le choix

Est-ce

Qu'on est encore

Une femme

Quand

On n'a plus

Qu'un sein ?

 

© 2017, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

  Petite dédicace à Coco, et plus généralement à toutes celles (même ceux) qui se trouvent un jour touchés par ce genre de bouleversement...

Posté par MlleOpaline à 22:14 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

09 juin 2017

Vie de microbe

Vie de microbe

(section des poèmes nouveaux)

 

Le petit microbe insidieux

Repère patiemment l'endroit

Qui pourra lui servir de toit.

Sans nul prétexte fallacieux,

Il visite et s'installe au mieux :

Quelques copains autour de soi,

Une famille dans la voie,

Pour quelque temps prospère heureux ;

Puis vient l'heure du grand combat

Contre l'armée des anticorps,

Fatigue, usure, assaut, efforts

Victoire et chute en contrebas.

Alors c'est l'élimination

Mais le microbe a affaibli

Le corps qui doit garder le lit

Séquelles de réparation.

 

© 2017, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

Posté par MlleOpaline à 23:09 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , ,