Adieu Charlie... Que vive Charlie!

Edit du 14 janvier 2015: je viens d'épingler le message en tête de blog, mais ne vous y trompez pas, chez moi, on lit à l'endroit! (du coup, le message de Marie date comme le mien du 10 janvier.)

...

 

Aparté : je vous invite aussi à aller regarder le petit dessin en hommage aux dessinateurs, chez Marie Breucq...

 

Adieu Charlie...

Que vive Charlie !

(section des poèmes nouveaux)



Vous, Frédéric Boisseau, agent de maintenance

Premier sur le carreau

Et trahi par la chance

Vous avez vu la mort quelque peu par surprise

Débarquer tout en noir et générer la crise.



Vous, Franck Brinsolaro, protecteur rapproché

Tué pendant l'assaut

Vous laissez un bébé.

Vous n'avez pu défendre les gens réunis

Qui, l'instant d'après vous, comme vous ont péri.



Vous Ahmed Merabet, vous, jeune policier,

Vous fûtes achevé,

Vous, dernier supplicié,

Vous qui passiez par là avec un V.T.T.

Pour poursuivre des hommes lourdement armés.



Pour vous, Michel Renaud, simplement invité

Le voyage fut chaud

Et ce fut le dernier

Votre ami près de vous, fut sauvé le gaillard

Le Destin l'a caché, couché ; c'est pour plus tard.



Et vous Elsa Cayat et Mustapha Ourrad

En un coup tombés mat

Et sans grande tirade

Vous avez vous aussi avec Bernard Maris

Découvert devant vous une noire milice.



Honoré Wolinski Tignous Cabu et Charb

Vous étiez des amis

Tous autour de la table

Massacrés au charbon, tombés près de vos frères

Duduche est orphelin et ne sait plus quoi faire.



Vous étiez journalistes et dessinateurs

Vous étiez journalistes

Vous affrontiez la peur

Vous vouliez pouvoir dire ce que vous pensiez

Pouvoir tout exprimer au nom de Liberté.



Vous étiez humoristes et dessinateurs

Vous étiez humoristes

Refusant la terreur

Vous vouliez pouvoir rire des travers humains

Et sans méchanceté sur la planche à dessin.



De l'endroit où vous êtes gardez l’œil sur nous

Que chaque jour soit fête

Surtout amusez-vous

Et dessinez-pour nous souvent dans les nuages

Pour nous faire coucou, nous laisser un message.



Charlie continuera puisque c'est son destin

Nous ferons tout pour ça

Malgré ses assassins

Les crayons sont toujours plus légers que les armes

Et dépeignent le monde avec bien plus de charme.



En tout temps les chasseurs voudraient tuer les canards

Prenez de la hauteur

Volez, braves gaillards

Âmes légères contre âmes lourdes, aux ailes

De papier, sourire aux lèvres en ribambelles.



Vous étiez humoristes et dessinateurs

Vous étiez pacifistes

Toujours de bonne humeur.

Oui, du monde, on rira au nez et à la barbe !

Honoré Wolinski Tignous Cabu et Charb !

 

© 2015 Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

Variante pour la fin de la strophe 3 :

Vous qui passiez par là, vous fûtes abattu

Implorant la pitié, allongé dans la rue.

 

CopyrightFrance.com

 

JeSuisCharlie

Posté par MlleOpaline à 11:33 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,


17 décembre 2014

Le Château des Brumes

   Bonsoir, pour ce soir, un texte qui inaugure une nouvelle catégorie que j'ai eu envie de tenter. Je suis partie d'une photographie de chez Kri, qui passe souvent par là et dont vous pouvez trouver le lien du blog dans les blogs de photos, bien évidemment. Il s'agit de la première photo du message suivant: http://bykri.ek.la/le-chateau-des-brumes-a113894012 . Et je n'ai pas fait d'affichage de son image, car elle les bloque; je n'ai pas voulu tricher et je préférais que le texte reste une surprise. Je voulais l'intégrer depuis longtemps dans les artistes à partir desquels je crée aussi, mais j'ai mis pas mal de temps à trouver une idée qui me paraisse un tant soit peu originale. Voilà, bonne lecture à tous, et Kri, si tu passes par là, je te remercie de faire toi aussi de si jolies photos.

   Edit du 22 décembre: J'ai obtenu l'autorisation de Kri de publier sa photo, mais en reprécisant à tous qu'elle n'est pas libre de droits !

 

Lesve chateau1 - CopieMerci beaucoup Kri.

 

 

Le Château des Brumes

(section Histoires de lieux)

 

La demoiselle

Passe la porte en courant

Et se colle de suite

Contre le vieux mur en ruine.

Elle ramène vers elle

Les pans de sa robe

Qui pourraient la trahir.

En reprenant son souffle,

Elle semble se calmer,

Risque un œil à la porte,

Ferme un instant les yeux,

Respire,

Risque à nouveau la tête,

Mais le cheval est là,

Avec son cavalier.

Elle sait qu'il descend

Et qu'il met pied à terre.

Elle ne prend pas le temps

De l'attendre et de réfléchir,

Elle court

Sur le grand lit de feuilles mortes

Qui mène

A la porte-fenêtre du Château des Brumes.

Elle tient des deux mains

Sa robe qui la gêne,

Se retourne

Souvent

Accélère et se jette

A la porte en frappant

Frénétiquement.

Le grand cavalier noir la suit.

Il la sait prise au piège

Il prend son temps

Fait passer son cheval

Et l'attache

Au premier arbre qu'il voit

Puis s'avance

Sûr de lui

Fermement résolu.

La fille regarde

Tantôt devant

Tantôt derrière

Et espère

Au plus profond de soi

Qu'une âme sera là

Au bout de ce chemin,

Pour lui ouvrir la porte.

Elle prie.

Quand elle rouvre les yeux,

Un visage la fixe

Un déclic

Elle se précipite

Et derrière on referme.

Le grand cavalier noir

Fait soudain face

A une dame en vert,

Noblement habillée

Parée de beaux bijoux.

Il s'arrête,

Etait presque arrivé,

Il croise le regard

De cette dame en vert

Qui fait signe à ses gens

De poursuivre l'intrus.

L'a-t-elle reconnu ?

Il ne veut pas savoir

Et refait à l'envers

Le chemin du couloir

Hors du temps

Du château.

Il est bien sur le point

De se faire encercler

Mais il a son cheval.

Eux sont à pied.

Il hésite un instant

Enfourche le cheval

Et fend le groupe

Avant de disparaître

Au creux de la forêt.

 


© 2014, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

 

CopyrightFrance.com

 

Posté par MlleOpaline à 23:08 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

12 janvier 2015

Promenade nocturne

Promenade nocturne

(section des poèmes nouveaux)



Une étoile scintille à côté de sa sœur

Dans un ciel dégradé du bleu à l'orangé

Les maisons, masses sombres, dressent leurs pavés

Se découpent le soir dans l'univers de peur.

Un homme se promène les mains dans les poches

Insouciant, curieux, observant la nature.

Petit bruit, il sursaute, il garde son allure

Derrière lui, un chat se gratte la caboche.

On entend une chouette, son nocturne cri

Nous rentre dans la tête et nous glace le sang.

Il veut continuer, il avance, il descend

Vers le lac dans l'écrin du creux de la prairie.

A nouveau un village, des maisons, des hêtres,

Quelque chose est dans l'air, il sent battre son cœur.

Une étoile scintille à côté de sa sœur

Deux lanternes répondent en bord de fenêtre.



© 2015 Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

CopyrightFrance.com

Posté par MlleOpaline à 19:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

21 juin 2015

Pensée

   Et c'est l'un de ces soirs, où l'avenir m'étreint sans me laisser de répit. Les yeux sur la jeunesse calée dans mes bras, je me demande avec inquiétude ce que sera demain, et pour elle, et pour moi. Comme c'est flippant, parfois, l'incertitude !

 

© 2015, Opaline.

Posté par MlleOpaline à 23:06 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

05 août 2015

Tunnel dans le brouillard

 

Tunnel dans le brouillard

(section des poèmes nouveaux)

 

Quand tu entres dans un tunnel sans savoir ce qu'il y a à

[ l'autre bout,

Quand tu as peur du noir mais qu'il te faut avancer,

Quand tu espères de retrouver le soleil et un chemin

[ agréable,

Quand tu redoutes de te trouver sur un sentier empli de

[ ronces et escarpé,

C'est le moment où il est bon de respirer profondément

En tentant de garder confiance

 

© 2015, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

Posté par MlleOpaline à 23:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


15 août 2015

Grincement

 

 

 

Grain de sable sous la porte

Réaction de gêne dans les dents

Insinuation lente dans le sang

Ni larmes, ni cris

C'est l'inquiétude qui s'invite

Entre les limbes de l'esprit

Menace la sérénité de l'âme

Envahit l'univers connu

Tant plus rien ne fonctionne comme l'instant d'avant.

 

© 2015, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

CopyrightFrance.com

Posté par MlleOpaline à 23:39 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 août 2015

Sur une page blanche

Sur une page blanche

(section des poèmes nouveaux)

 

Assis dans son canapé

Il est prêt à écrire

Le stylo dans la main

Et la feuille devant lui.

Mais voilà, l'inspiration

Ce soir lui fait faux bond.

Sa tête reste vide

Malgré ses nombreux efforts.

Se détendre, se détendre,

Laisser l'idée venir

Mais elle ne vient pas...

Il essaie de tout son être.

Quoi faire, être original ?

Touchant, rieur, aimable,

Tragique, pathétique,

Sensible ou sentimental ?

Sa vie est sans intérêt

Si simple, si banale,

Il ne peut y trouver

L'histoire qu'il souhaiterait.

Il voudrait tant la trouver

L'écrire, l'inventer !

Son travail, son plaisir,

De coutume si faciles

Lui échappent aujourd'hui,

Et l'idée ne vient pas.

Les soucis sont bien là

Pourtant il ne parvient plus

Comme avant, à passer outre,

S'en détacher, les survoler,

Et poser sur sa page

Une histoire ou un poème.

Sur une page blanche

Son crayon, lui, dessine

Arabesques et formes

Pendant que les heures passent

Et que l'angoisse du vide

L'étreint sans le serrer.

 

© 2015, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

 

Posté par MlleOpaline à 23:56 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

31 août 2015

La Cachette à secrets

La Cachette à secrets

(section des poèmes nouveaux)

 

J'ai caché un secret dans le fond d'un tiroir

Mais mon pauvre secret avait trop peur du noir.

J'ai caché des secrets dans tous mes vieux cahiers

Mais tous mes vieux secrets se sont vite envolés.

J'ai caché un secret derrière ma pendule

Mais celui-ci pensait qu'il était ridicule.

Lors j'ai mis mes secrets dans le fond de mon cœur,

Personne ne les trouve et ils n'y ont pas peur.

 

© 2015, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

 

Posté par MlleOpaline à 22:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 septembre 2015

Pensée

   Et quand la vacuité se trouve partout autour de toi, tu n'y vois plus rien, et poursuis ton chemin, plein de doute et de peur.

 

© 2015, Opaline.

Posté par MlleOpaline à 22:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 septembre 2015

Courage

 

C'est une force en toi

Ouvrant sur l'avenir,

Un passage obligé

Rupture du passé,

Avec les risques grands

Générés par la peur.

Etre fidèle à soi, c'est cela le bonheur.

 

© 2015, Opaline. Tous droits réservés, reproduction interdite.

CopyrightFrance.com

Posté par MlleOpaline à 22:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,